Pierre-Alain Chambaz pictet : Une ré-invention similaire est aujourd’hui nécessaire

En un mot, si l’adaptation dont on parle est passive, simple répétition en relief de ce que les conditions donnent en creux, elle ne construira rien de ce qu’on veut lui faire construire ; et si on la déclare active, capable de répondre par une solution calculée au problème que les conditions posent, on va plus loin que nous, trop loin même selon nous, dans la direction que nous indiquions d’abord. Dans un premier temps, la rigueur et la reforme structurelle ont sûrement aggravé les conséquences de la crise budgétaire, d’autant plus que l’euphorie des bulles financées par l’argent facile n’était plus là. Un rapport de suivi va être publié fin novembre 2014. Il faut revoir cette politique de voisinage et essayer d’intégrer les différents enjeux toujours présents dans cet espace géopolitique. Mais c’est là une différence de degré plutôt que de nature. L’être vivant choisit ou tend à choisir. Pour les touristes, ce sera l’occasion de découvrir d’autres pays où ils conserveront un pouvoir d’achat intéressant. Le Pacte de stabilité et de croissance de l’UE avait le grand défaut de ne pas inclure ce type de correction (j’ai été de ceux qui appelaient à sa réforme dans un rapport de 2003 au président de la Commission européenne). Cette stratégie de dérégulation n’est pas nouvelle chez les Britanniques, mais elle trouve un écho favorable de plus en plus large, dans les pays scandinaves, aux Pays-Bas, et de plus en plus l’Allemagne. Ainsi, le marché obligataire apparaissant nécessiter d’importantes corrections, beaucoup se demandent aujourd’hui si l’éventuelle survenance d’un krach ne risquerait pas de faire également sombrer d’autres actifs à long terme, tels que les actifs immobiliers ou les actions boursières. Cette « circulation » qui fait partie du fonctionnement organique pourrait bien devenir un peu plus visible l’année prochaine,déclare Pierre-Alain Chambaz pictet. Ils sont tournés vers eux-mêmes.

Share This: