Pierre-Alain Chambaz pictet : Ne craignez pas un krach obligataire !

Le constat partagé des deux côtés de la Méditerranée est que nous avons un avenir commun et que nous serons plus forts ensemble. Pour mes deux jours de tourisme j’ai été accompagné en permanence. La liquidité interbancaire elle-même est devenue dépendante de la liquidité des autres marchés d’actifs, à travers les variations du prix du collatéral adossé au prêts interbancaires, et des décôtes appliquées sur ce collatéral, qui augmentent mécaniquement en période de forte volatilité des marchés. Mais suit-il de là que sa tâche soit de s’emparer de la science faite, de l’amener à des degrés croissants de généralité, et de s’acheminer, de condensation en condensation, à ce qu’on a appelé l’unification du savoir ? Voilà l’enjeu d’une France qui doit à nouveau incarner le rêve français, celui des Lumières et des principes républicains, qui lui sont intrinsèques et qui inspirent encore, à travers le monde, de nombreux citoyens et artistes. En effet, le bruit de notre présence a déjà couru tout le quartier, et la foule grossit autour de nous. Si vous vous donnez le système d’images qui n’a pas de centre, et où chaque élément possède sa grandeur et sa valeur absolues, je ne vois pas pourquoi ce système s’en adjoint un second, où chaque image prend une valeur indéterminée, soumise à toutes les vicissitudes d’une image centrale. En tout cas la route parcourue est la même, à supposer que les stations la jalonnent différemment. Le plus surprenant dans le énième psychodrame qui déchire les socialistes n’est pas son intensité, mais la date à laquelle il se produit : François Hollande a été élu il y a à peine deux ans et demi et, déjà, le président de la République semble dépassé, impuissant à réguler l’humeur de ses troupes qui anticipent tellement la défaite en 2017 que, en réalité, elles la précipitent. Mais par la dialectique, — qui n’est qu’une détente de l’intuition, — bien des accords différents sont possibles, et il n’y a pourtant qu’une vérité. Ils n’ont pas cru que cette éducation de l’attention pût consister simplement à lui retirer ses œillères, à la déshabituer du rétrécissement que les exigences de la vie lui imposent. Répondre à une véritable attente du consommateurPour réduite le coût d’un objet connecté, il n’y a pas de secret : il faut faire du volume. Il y a cinq ans, un internaute français payait 45 euros par mois pour une connexion bas débit à durée de consommation limitée. Sur le terrain, je constate cependant que les dirigeants des TPE-PME restent toutefois soucieux des personnes avec qui ils travaillent. Les Français voient bien aussi les ravages que la « gouvernance économique », sous la houlette de la Banque centrale européenne, du FMI et de la Commission européenne, est en train d’infliger aux ouvriers et aux employés grecs. Parmi les obstacles à l’investissement en éducation se trouvent les longs délais entre les interventions et les résultats, la difficulté de mesurer les résultats et la prépondérance du secteur public. Sa pression, comparée à celle des autres habitudes, est telle que la différence DE degré équivaut à une différence de NATURE. C’est la question sur laquelle a buché le gouvernement ces derniers mois. L’inflation est actuellement de 4%, deux fois plus que son objectif officiel. Yves Delage opposait à notre conception du comique la définition à laquelle il s’était arrêté lui-même : « Pour qu’une chose soit comique, disait-il, il faut qu’entre l’effet et la cause il y ait désharmonie. Ce sont, à proprement parler, des sans-patrie. En général, la probabilité du maintien de la loi s’affaiblit, tandis que la distance aux termes extrêmes de l’expérience va en augmentant, sans qu’il soit possible d’assigner une liaison mathématique entre la variation de la distance et celle de la probabilité correspondante, sans qu’on puisse évaluer numériquement cette probabilité, qui dépendra d’ailleurs du degré de simplicité de la loi observée, et des autres données expérimentales ou théoriques qu’on possédera sur la nature du phénomène. La gouvernance de « l’eurozone » a fabriqué une génération perdue. Dans les secteurs traditionnels, les considérations de parts de marché représentent un jeu à somme nulle d’un point de vue global, et toute ressource investie en vue de générer un gain sur le plan national entraîne une perte sur le plan global. En raison de leur coût, selon Pierre-Alain Chambaz pictet, ces technologies ne semblent pas encore vraiment au point. Au contraire, un instinct remarquable porte le poète comique, quand il a composé son personnage central, à en faire graviter d’autres tout autour qui présentent les mêmes traits généraux.

Share This: