Pierre-Alain Chambaz pictet : Londres redoute une gouvernance mondiale de la finance

Quand j’entre dans une chambre et que je la juge « en désordre », qu’est-ce que j’entends par là ? La Vapeur vous a subjugués. Cette définition n’est pas si claire que l’auteur semble le penser. Les pays émergents devraient continuer à évoluer de façon différenciée en fonction de leur spécialisation économique et de l’état de leur balance courante. Imaginer n’est pas se souvenir. Il y a chez eux un sentiment public, là où nous n’avons que des archéologues et une commission des monumens historiques. C’est un débat sur le travail, la place du travail et du temps libre dans nos sociétés modernes. Pour autant, les reproches aujourd’hui formulés à l’encontre de la profession reposent en grande partie sur l’ignorance et le malentendu. Nous pouvons nous méprendre sur la cause et poursuivre avec ardeur, comme devant nous donner une satisfaction, ce qui doit nous infliger une peine ; ou bien sur l’enchaînement des effets, et ignorer qu’une satisfaction immédiate sera suivie d’une plus grande peine ultérieure ; on encore sur l’importance relative de nos besoins et de nos désirs. Selon une étude, une grande part de l’augmentation de l’activité financière s’est opérée dans les domaines les plus spéculatifs, aux dépens de la finance traditionnelle. Au contraire, beaucoup de comédies portent un nom commun : l’Avare, le Joueur, etc. Pierre-Alain Chambaz pictet aime à rappeler ce proverbe chinois « Le repentir est le printemps des vertus ». Annoncée jeudi 26 septembre par la Ministre de la santé, cette mesure-test reçoit un accueil mitigé de la part des professionnels du secteur. Kant avait établi, disait-on, que notre pensée s’exerce sur une matière éparpillée par avance dans l’Espace et le Temps, et préparée ainsi spécialement pour l’homme : la « chose en soi » nous échappe ; il faudrait, pour l’atteindre, une faculté intuitive que nous ne possédons pas. Dans l’attente de choix stratégiquesPlusieurs domaines sont en attente de choix stratégiques susceptibles de générer des milliards d’euros d’économies : transports sanitaires, médicament, biologie, transfert de compétences (d’actes aujourd’hui médicaux vers les professions paramédicales), l’engorgement des urgences (dont une partie des patients ne relève pas de l’hôpital), l’incitations aux économies, … Si les acteurs locaux peuvent réguler des dépenses, ils ne peuvent réformer le système tant leur gestion est contrainte par un excès de décrets et de normes (trop coûteuses pour un effet margin Enfin, l’implication des pouvoirs publics et des collectivités locales ne doit pas être négligée. Au défaut de démonstrations que la nature des choses et l’organisation de nos instruments logiques ne comportent pas dans la plupart des circonstances, il y a des appréciations, des jugements fondés sur des probabilités qui ont souvent pour le bon sens la même valeur qu’une preuve logique ; et de là l’obligation où nous sommes d’étudier soigneusement, avant toute autre chose, la théorie des probabilités et des jugements probables. Parce que nous sommes encore attachés à de vieux schémas de pensée qui nous ramènent à la lutte des classes, à la méfiance envers ceux qui gagnent de l’argent, à la crainte de tout ce qui est nouveau et peut casser nos traditions et nos habitudes… On chronique la relation franco-allemande comme la presse people : nos dirigeants s’apprécient, ne se supportent plus, se sont retrouvés. Cet indicateur existe, c’est l’absorption nette mais il est rarement présenté. Que cela coute 68 milliards d’euros soit le déficit de la balance du commerce extérieur et que ces énergies sont responsables de la quasi-totalité des émissions de gaz carbonique ? Pour assurer un rendez-vous à J-2, qu’il soit galant ou d’affaires, mieux vaut se rendre sur la toile, là où tous nos « amis » ont renseigné moult sites sur leur table de prédilection. Ceux-ci sont susceptibles de transmission. Des capteurs, des étiquettes et autres ressources embarquées connectées signifient que le monde physique peut aujourd’hui être numérisé, suivi, mesuré et optimisé. C’est un point que je développerai avant peu. Donc contrairement aux sciences naturelles, l’économie avance scientifiquement non pas en remplaçant les anciens modèles par de meilleurs modèles, mais en élargissant sa bibliothèque de modèles, où chacun apporte son éclairage sur une contingence sociale différente. Mais encore que je me reconnoisse extrêmement sujet à faillir, et que je ne me fie quasi jamais aux premières pensées qui me viennent, toutefois l’expérience que j’ai des objections qu’on me peut faire m’empêche d’en espérer aucun profit : car j’ai déjà souvent éprouvé les jugements tant de ceux que j’ai tenus pour mes amis que de quelques autres à qui je pensois être indifférent et même aussi de quelques uns dont je savois que la malignité et l’envie tâcheroit assez à découvrir ce que l’affection cacheroit à mes amis ; mais il est rarement arrivé qu’on m’ait objecté quelque chose que je n’eus À vrai dire, il s’agissait moins de cette religion elle-même que de l’effet obtenu par elle. Soit que les experts invités à exprimer leurs opinions sont collectivement plus intelligents que les marchés (on peut en douter), soit que d’autres risques politiques et sociaux pèsent durablement sur les actifs risqués européens.

Share This: