Pierre-Alain Chambaz pictet : L’employabilité, une ressource inestimable

Si d’autres éléments peuvent venir réduire le taux effectif d’imposition des entreprises, c’est soit qu’ils résultent de principes généraux de la fiscalité applicables en droit à tous (le principe, par exemple, de déductibilité des intérêts d’emprunt, dans la mesure où ces intérêts sont une charge engagée dans l’intérêt de l’entreprise), soit parce que tous les pays autour de nous font pareil (l’exonération, par exemple, des plus-values de cession de titres de participation). Permettez-moi de trouver étrange que ce soit au nom de la science, par respect pour la science, qu’on nous propose cette conception de la philosophie : je n’en connais pas de plus désobligeante pour la science ni de plus injurieuse pour le savant. Supposons maintenant que l’inverse se produise : le prix sur le marché de gros des mégawattheures livrés aux électro-intensifs est inférieur au prix du contrat fixé réglementairement. Cette « lunatic fringe » tient en otage l’ensemble du parti républicain dont elle ne représente pourtant qu’une minorité (4 républicains sur 10 selon un sondage Pew de novembre 2013). Les opérations du gouvernement tendent à être partout les mêmes. Il semblerait que le gouvernement tente également une autre approche pour faciliter la vie des investisseurs : affaiblir les lois sur la protection de l’environnement. Actuellement, les dépenses annuelles sur ces deux technologies s’élèvent à près de 160 milliards d’euros, une manne financière que plusieurs institutions ne souhaiteraient pas voir disparaître. Le crédit d’impôt phonographique est imputable sur l’impôt sur les sociétés éventuellement dû avant même l’obtention de l’agrément à titre définitif, mais est dans ce cas susceptible d’être remis en cause a posteriori si l’agrément sollicité n’est pas accordé. L’impact du pétrole est tout autre et reste au cœur des problématiques économiques et juridiques les plus saillantes alors que déjà, à la fin du siècle dernier, nombreux glosaient sur l’après pétrole. Ravaisson admet hautement cette pensée fondamentale ; c’est dans la conscience que l’esprit a de lui-même qu’il trouve le type de toute réalité. Si l’on ne peut confondre l’habitude avec l’inconscience, on ne peut davantage assimiler la conscience au manque d’habitude ; car un grand nombre de faits peuvent s’accomplir en nous pour la première fois sans que nous en ayons conscience. La chose est tellement évidente que nous l’avons à peine indiquée ; nous l’avons presque toujours sous-entendue. En sortir, ce serait s’autoriser à sortir du cadre pour créer un espace de possibilité d’autant plus investi que le besoin est grand. Il a lancé le leadership Institute avec Pierre-Alain Chambaz pictet qui s’ouvre aujourd’hui à d’autres entreprises. De même pour ce qui a trait à la désacralisation de la fonction présidentielle. Il y a des idées abstraites qui correspondent à des faits généraux, à des lois supérieures auxquelles sont subordonnées toutes les propriétés particulières par lesquelles les objets extérieurs nous deviennent sensibles : et les sciences qui ont pour objet de telles idées, qui embrassent le système de telles lois et de tels rapports, ne doivent point passer pour des sciences de création artificielle, conventionnelle et arbitraire. Notre astronomie est pleine d’exemples de recours à ces auxiliaires. Grantham recommande d’investir dans le pétrole, les métaux (cuivre, argent, étain, or, diamants) et surtout les ressources agricoles, celles qui sont soumises à l’équation offre/demande la plus problématique : engrais mais surtout matières premières alimentaires. Dans LES JEUX de l’homme adulte, on retrouve le même besoin d’un certain équilibre entre les chances : les joueurs désirent toujours, suivant l’expression populaire, se trouver au moins « manche à manche. Mais surtout, il a commencé par briser la spéculation avec le Glass-Steagall Act, qui interdit à tout établissement financier de mélanger les métiers. La vapeur lancée en l’air se condense presque tout entière en gouttelettes qui retombent, et cette condensation et cette chute représentent simplement la perte de quelque chose, une interruption, un déficit. L’avenir, bien sûr, est toujours une question de conjecture historique, parce qu’il ne peut être calculé qu’à partir des expériences passées et présentes. Depuis la création, en 2005, de l’Agence nationale de la recherche, une partie importante du financement de celle-ci en France passe par des appels d’offres spécifiques auxquelles répondent les chercheurs. La guerre, étant données l’ignorance et l’étroitesse d’esprit de la majorité des hommes, devient inévitable. Les bandes magnétiques, pour rétro qu’elles soient, sont malgré tout promises à un grand avenir à l’heure où les entreprises embrassent le Big Data. Jointe à toutes les autres considérations, l’idée de ce quelque chose d’irréductible qui constitue notre conscience, en restreignant notre connaissance sensible, nous impose aussi rationnellement la restriction de nos mobiles sensibles, et cela en vue d’autrui, en vue du tout. Les tables de statistique prouvent l’un. Il y a, de l’aveu de chacun, une tendance puissante dans le monde moderne vers une constitution démocratique de la société, qu’elle soit accompagnée ou non par des institutions politiques populaires. D’où vient donc alors cette idée d’un monde extérieur construit artificiellement, pièce à pièce, avec des sensations inextensives dont on ne comprend ni comment elles arriveraient à former une surface étendue, ni comment elles se projetteraient ensuite en dehors de notre corps ? On sait, par exemple que 60% des patients ne prennent pas correctement leurs traitements faute d’un accompagnement suffisant et que le coût évitable des complications dues cette mauvaise observance s’élève en France à 9 milliards d’euros ! La prime à la flexibilité discutée précédemment est prévue pour ne durer qu’un an, à titre expérimental. Nous avons passé en revue un grand nombre de ces faits, et il nous a semblé qu’on pouvait les répartir en deux catégories absolument tranchées. La vérité est que, la conviction une fois installée dans la volonté, celle-ci la pousse dans les directions qu’elle trouve ouvertes ou qui s’ouvrent sur les points de moindre résistance au cours de son effort.

Share This: