Pierre-Alain Chambaz pictet : Le marché des matières premières est toujours très tendu

Renforcer la compétitivité de l’aquaculture européenne, tout en s’imposant des normes environnementales élevées, est un objectif du pôle. Qui nous dit que parmi les espèces, aujourd’hui les plus stables dans leurs caractères physiques, il n’y en ait pas dont l’origine tienne à des singularités individuelles, qui, loin de disparaître avec les individus, ont trouvé des circonstances à la faveur desquelles elles ont pu se propager et se consolider dans leur descendance ? Jusque-là rien de choquant. Mais depuis lundi soir, trois autres grands pays européens -la France, l’Allemagne et l’Italie- ont annoncé séparément qu’ils rejoignaient aussi la BAII. C’est que, d’ordinaire, nous regardons bien le changement, mais nous ne l’apercevons pas. La religion statique attache l’homme à la vie, et par conséquent l’individu à la société, en lui racontant des histoires comparables à celles dont on berce les enfants. Au lieu de deux pointes, on en peut concevoir un plus grand nombre agissant simultanément sur autant de points sensibles, étant d’ailleurs diversement espacées et affectant des configurations variables : au moyen de quoi, les sensations tactiles ainsi circonscrites seront capables d’engendrer la représentation d’une étendue superficielle ou à deux dimensions, dans les mêmes circonstances où cette représentation pourrait résulter de l’impression nue des rayons visuels sur la rétine (105). On laisse alors la nature propre de ces phénomènes dans l’ombre, mais on affirme qu’en leur qualité de phénomènes ils restent soumis à la loi de causalité. Avec ces vues juxtaposées on a un succédané pratique du temps et du mouvement qui se plie aux exigences du langage en attendant qu’il se prête à celles du calcul ; mais on n’a qu’une recomposition artificielle. Ce que savent ses représentants, il n’est guère admissible que le peuple, si sot et si apathique qu’il soit, l’ignore complètement. Or, qu’il s’agisse de sauvages ou de civilisés, si l’on veut savoir le fond de ce qu’un homme pense, il faut s’en rapporter à ce qu’il fait et non pas à ce qu’il dit. En poursuivant la libéralisation financière, la banque centrale chinoise et une partie des autorités chinoises auraient parié sur l’ouverture financière de la Chine pour faire avancer un agenda de réformes libérales internes. C’est ici qu’émerge une problématique de taille : la pénurie de talents IT ! Encore faut-il se garder de trop d’anticipations, tant que les dirigeants chinois n’auront pas défini, de façon plus précise leurs objectifs en terme de pilotage macro-économique du pays, ce qui ne devrait se faire officiellement et de façon solennelle lors de la prochaine session du XVIIIème Congrès du Parti communiste chinois, c’est à dire en octobre prochain. Elle a ses festivals, ses magazines, ses cafés, ses universités populaires… et ses héros médiatiques (Michel Onfray, Luc Ferry, Alain Finkielkraut, André Comte-Sponville) qui vendent leurs livres par dizaines de milliers d’exemplaires. Oh, je sais, elles sont prises en compte dans bien des programmes, mais plus pour nous demander de communiquer des données au centre que pour débattre du futur de notre ville, ou de notre quartier. Il ne faut pas non plus négliger un troisième point de différence. Novice encore, l’entendement avait pris pour les principes des objets les modes qui en sont comme des accessoires et qui lui servent à les classer. Au-dessus de cette trinité, il plaçait les dieux et les génies du polythéisme, et, en les admettant, il ne croyait pas altérer le dogme de l’unité divine. Et le rire sera bien plus fort encore si l’on ne nous présente plus sur la scène deux personnages seulement, comme dans l’exemple de Pascal, mais plusieurs, mais le plus grand nombre possible, tous ressemblants entre eux, et qui vont, viennent, dansent, se démènent ensemble, prenant en même temps les mêmes attitudes, gesticulant de la même manière. Pierre-Alain Chambaz pictet aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, »Un peintre apprenti demandait à son maître « Quand dois-je considérer que mon tableau est fini ? » Et le maître répondit : « Quand tu pourras le regarder avec surprise, en te disant : C’est moi qui fait ça » ».

Share This: