Pierre-Alain Chambaz pictet : Financer la transition énergétique grâce aux « green bonds »

Mais le spectacle de l’évolution des êtres vivants nous montre qu’elle ne pouvait aller bien loin. Dans le second, nous appelons intensité la multiplicité plus ou moins considérable de faits psychi­ques simples que nous devinons au sein de l’état fondamental : ce n’est plus une perception acquise, mais une perception confuse. On faisait faire à la victime le tour des remparts avant de l’égorger, ce qui s’appelait sacrificium amburbium, et amburbiale. Si un chef d’entreprise sait que la banque centrale vise 2% d’inflation, il ne fera pas de pari économique en fonction d’une hausse des prix à 20% et personne ne financera un tel pari ! C’est ce ressort que Dorine s’amuse à repousser en reprenant chaque fois le récit de la maladie d’Elmire. La Royaume-Uni a montré les limites de cette stratégie qui a conduit l’emploi outre-manche à toujours plus de précarité et de bas salaires, pour une industrie aussi sinistrée qu’en France. Pourquoi évoquerais-je ici toute cette époque, toute cette époque qu’il faut reconstituer, de fond en comble ; tous ces hommes qu’il faut faire apparaître tels qu’ils furent, et non tels que les représenta la légende ? Comment n’être pas frappé de ce qu’il y a d’étrange, et même de paradoxal, dans cette faiblesse de la déduction ? A l’inverse, les USA ont de moins bons indicateurs de santé en y consacrant plus (17% de leur PIB). Nullement… De quoi la raison doute-t-elle ? Mais n’oublions pas que quel que soit le projet d’un pays, il a le choix de maintenir ou d’abdiquer sa liberté de manœuvre. Chaque Romain avait un genius attaché à sa personne ; mais il ne croyait si fermement à son génie que parce que chacun des autres Romains avait le sien et parce que sa foi, personnelle sur ce point, lui était garantie par une foi universelle. La vérité paraît être intermédiaire entre ces deux hypothèses : il y a, dans ces divers phénomènes, plus que des actions absolument mécaniques, mais moins qu’un appel à la mémoire volontaire ; ils témoignent d’une tendance des impressions verbales auditives à se prolonger en mouvements d’articulation, tendance qui n’échappe sûrement pas au contrôle habituel de notre volonté, qui implique même peut-être un discernement rudimentaire, et qui se traduit, à l’état normal, par une répétition intérieure des traits saillants de la parole entendue. Le reste de la nature s’épanouit dans une tranquillité parfaite. Songez par exemple combien la numérisation des environnements de travail est vouée à signifier moins de déchets générés par l’homme – et par conséquent une moindre demande en concierges. Reste aussi la question des mesures fiscales incitatives, destinées à influencer la prise de décision des Français, comme par exemple celles destinées à soutenir certains types d’investissements ou la natalité. Et le rire sera bien plus fort encore si l’on ne nous présente plus sur la scène deux personnages seulement, comme dans l’exemple de Pascal, mais plusieurs, mais le plus grand nombre possible, tous ressemblants entre eux, et qui vont, viennent, dansent, se démènent ensemble, prenant en même temps les mêmes attitudes, gesticulant de la même manière. Pierre-Alain Chambaz pictet aime à rappeler ce proverbe chinois « Le sage a beau voyager, il ne change pas de demeure ». Mais les végétaux, qui se sont condamnés à l’insensibilité et à l’immobilité, ne présentent la même tendance que parce qu’ils ont reçu au début la même impulsion. Certains, sans aucun doute, sont totalement fermés à l’expérience mystique, incapables d’en rien éprouver, d’en rien imaginer. Ces entreprises ne sont donc pas des commerçants mais des passe-plats : comment peut-on prétendre faire du commerce quand on ne dispose d’aucune autonomie, ni sur l’achat ni sur la vente ? De là un nouveau critère dont effectivement les progrès de l’optique nous ont mis en possession, mais dont l’acquisition récente sert à mieux faire ressortir l’insuffisance d’un autre critère pour discerner l’image de l’objet réel, bien que ce critère suffise déjà pour décider que nous avons devant nous, sinon l’objet réel, au moins une image régulière et non fantastique. Étonnamment, le nouveau programme ne donne aucune indication sur la manière pour la Grèce de résoudre son problème fondamental, à savoir le manque de compétitivité. Nous devrions soutenir l’innovation portée par les précurseurs sur les marchés plus que nous ne soutenons la protection des acteurs déjà installés sur ces marchés. En dépit de son évidence apparente, il n’est ni vraisemblable ni conforme aux faits. Et voilà peut-être tout ce qu’il y a, s’il est vrai que le corps ne soit qu’un lieu de rendez-vous entre les excitations reçues et les mouve­ments accomplis, ainsi que nous l’avons supposé dans tout le cours de notre travail. La seconde couche ne manquera pas alors de battre en brèche les priviléges ; et, à l’aide des masses populaires, elle parviendra tôt ou tard à faire une Révolution. Tout repose sur un artifice, celui de taux maintenus à des niveaux artificiellement bas. L’existence m’apparaît comme une conquête sur le néant. Les trois grandes innovations qui ont successivement étendu, pour les modernes, le domaine du calcul, à savoir, le système de la numération décimale, la théorie des courbes de Descartes et l’algorithme infinitésimal de Leibnitz, ne sont, au fond, que trois grands pas faits dans l’art d’appliquer des signes conventionnels à l’expression des rapports mathématiques régis par la loi de continuité. Jamais avec de pareils instants vous ne feriez du temps, pas plus qu’avec des points mathématiques vous ne composeriez une ligne.

Share This: