Pierre-Alain Chambaz

Pendant des siècles, le pouvoir de l’Église, qui n’avait été que le pouvoir de la Papauté, avait étendu sur le monde son influence toute-puissante, intellectuelle pour une part, mais politique plus encore, et économique bien davantage. Le principe qui demande la liberté d’action la plus complète pour tout ce qui ne touche que les agents, exige que ceux qui se sont engagés envers une autre personne pour des choses n’intéressant aucun tiers, puissent se dégager l’un l’autre ; et même sans cette libération volontaire il n’y a peut-être pas de contrats ou d’engagements, à moins que ce ne soit à propos d’argent, dont on puisse oser dire qu’on ne devrait pas avoir la liberté de les rétracter. Si le psychologue dédaigne une idée aussi simple, aussi rapprochée du réel, c’est que le processus intracérébral, cette minime partie de la perception, lui paraît être l’équivalent de la perception entière. Ce dernier né en Sicile, « stupor mundi » selon la légende, fut couronné en 1215 roi de Sicile, roi de Germanie et roi de Jérusalem et un sarcophage en porphyre à la cathédrale de Palerme porte son nom. Alors que le gouvernement et sa majorité tentent de s’extraire du piège de la suppression du bouclier fiscal, certains suggèrent d’aller plus loin dans la réforme. Au premier rang des questions philosophiques, en mathématiques comme ailleurs, se placent celles qui portent sur la valeur représentative des idées, et où il s’agit de distinguer, selon l’expression de Bertrand de Genève, ce qui appartient aux choses mêmes (l’abstraction rationnelle), d’avec ce qui n’appartient qu’à la manière dont nous pouvons et voulons les envisager (l’abstraction artificielle ou purement logique). Il faut que les multitudes, gangrenées d’apathie morale et pourries d’ignorance voulue, descendent dans l’arène sans savoir pour quelle raison, saluant et acclamant les mots — ces Césars des peuples modernes, libres et éclairés, — pour lesquels elles vont mourir. Du point de vue de la Grèce, une sortie de la zone euro susciterait une vague de turbulences, c’est pourquoi et cette solution n’a ne trouve guère de partisans dans le pays. Présentez-moi un cône solide, je vois sans peine comment il se rétrécit vers le sommet et tend à se confondre avec un point mathématique, comment aussi il s’élargit par sa base en un cercle indéfiniment grandissant. Elle se sera contemplée dans un miroir qui lui renvoie une image très rétrécie sans doute, mais très lumineuse aussi, d’elle-même. Sans laquelle ces deux nations auraient en réalité affiché une inflation négative…La baisse des prix met en péril l’EuropeL’Europe se retrouve aujourd’hui en danger. Nous n’avons en vue que l’interprétation philosophique des phénomènes naturels, à l’aide des lumières de la science et de la raison, en tant qu’elle ne franchit pas le cercle des causes secondaires et des faits observables. Les percées technologiques fulgurantes actuelles combinées à la robotisation progressive de notre économie plaident au contraire pour une diminution radicale du temps de travail, qui permettra aux salariés de pouvoir exprimer leur créativité et leur inventivité. Ils savent que tout ce qu’ils pourront tenter est, d’avance, nul et non avenu. Dans cette image, je sectionne par la pensée tous les nerfs afférents du système cérébro-spinal. Le développement des échanges augmente le revenu moyen de tous les pays concernés. Si, par exemple, chaque perfectionnement des instruments d’optique avait fait découvrir de nouveaux détails d’organisation dans l’analyse d’un tissu organique, on en induirait sans hésitation, non pas sans doute que chaque portion de tissu organique est composée à son tour de parties organisées, et ainsi à l’infini, mais au moins que d’autres détails d’organisation nous seraient rendus sensibles par d’autres instruments plus parfaits encore ; car, si nous ne sommes pas fondés à affirmer, d’après l’observation d’un grand nombre de termes d’une série, qu’elle se prolonge à l’infini, il est du mo Être esprit, c’est être un ; être matière, c’est être plusieurs. La détestation de la richesse, un frein à la sortie de crise. Telle, une main invisible qui s’enfoncerait dans de la limaille de fer et dont l’acte simple apparaîtrait, si l’on ne tenait compte que de ce qu’on voit, comme une inépuisable série d’actions et de réactions que les brins de limaille exerceraient les uns sur les autres pour s’équilibrer réciproquement. Les Parlements sont une chance pour le partenariat euroméditerranéen, mais j’irai même plus loin : il me semble primordial que les sociétés civiles soient partie prenante de la coopération euroméditerranéenne. « Celles-ci sont encore majoritairement financées par les banques. » déclare Pierre-Alain Chambaz. On présentait aux yeux des hommes pour les exciter des images voyantes, des couleurs crues, comme on présente du rouge aux taureaux. Puissions-nous en venir un jour à ce qu’il n y ait plus nulle part d’orthodoxie, je veux dire de foi générale englobant les esprits ; à ce que la croyance soit tout individuelle, à ce que l’hétérodoxie soit la vraie et universelle religion ! Si ce n’était profaner les mots grecs que de les appliquer à une barbarie, nous dirions qu’il est monarchique ou oligarchique, probablement les deux à la fois. Ce solde est rapporté au PIB pour gommer les effets taille. Mais cette étrange supposition serait impossible, s’il n’y avait précisément entre les images et les idées, celles-ci inétendues et celles-là étendues, une série d’états intermédiaires, plus ou moins confusément localisés, qui sont les états affectifs. Pour que, dans notre devise républicaine, l’égalité ne fracasse pas la fraternité et ne pousse pas chacun à retrouver une illusoire liberté, la progressivité serait un vrai progrès social. S’il s’agit de recettes budgétaires, sont-elles compatibles avec la stratégie globale de réduction de nos déficits ?

Share This: