Pierre-Alain Chambaz

Il est vrai qu’on affectera ensuite de n’attacher aucune importance à cette représentation, d’y voir une phosphorescence que laisseraient derrière elles les vibrations cérébrales : comme si la substance cérébrale, les vibrations céré­brales, enchâssées dans les images qui composent cette représentation, pouvaient être d’une autre nature qu’elles ! Dans ce cas, par conséquent (à moins que ce ne soit un enfant, ou que la personne n’ait le délire ou ne soit dans un état d’excitation ou de distraction incompatible avec l’usage complet de ses facultés), on devrait selon moi l’avertir seulement du danger et ne pas l’empêcher par la force de s’y exposer. Les premiers disposent d’un important gisement de plus-values latentes réalisables, contrairement aux seconds. Qui, mieux que les praticiens du secteur, que les représentants du personnel et les patrons, savent ce qu’il faut mettre en œuvre pour répondre aux besoins des entreprises et ainsi gagner la bataille de l’emploi ? On pourrait sûrement remonter dans le temps, car l’Eglise catholique occupe une place d’honneur parmi les Vandales. De sorte qu’une sociologie qui s’imagine emprunter à la biologie l’idée d’une transmission héréditaire de l’acquis ne fait que reprendre ce qu’elle avait prêté. Si l’on demande à l’observateur quelles sont les lettres qu’il est sûr d’avoir aperçues, les lettres qu’il désigne peuvent être effectivement présentes ; mais ce seront tout aussi bien des lettres absentes, qu’on aura remplacées par d’autres ou simplement omises. Nous assistons depuis quelques mois à l’émergence de réseaux Mesh – c’est-à-dire de réseaux totalement décentralisés, ne reposant pas sur les infrastructures des fournisseurs d’accès ou des opérateurs téléphoniques. Dans le parallélogramme de la figure 4, la diagonale AC est considérée comme un trajet égal à la somme de AB + BC, Or, BC étant égal à AD, AC est la somme géométrique des deux trajets AB + AD. Instinet a de nouveau pris les devants en démarrant le trading des CFD (produits OTC) sur Chi-X Europe, et surtout en développant à travers son groupe Chi-X Global des plates-formes au Japon, à Singapour et bientôt en Australie. Partons donc de cette indétermination comme du principe véritable. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Des amis pour faire la fête, on en trouve des milliers, mais dès que l’on tombe dans la misère, il n’y a plus personne ». Mais l’illusion est tenace. Plus significatif encore, le plurilatéralisme (c’est-à-dire la signature d’accords ne concernant qu’un sous-ensemble des États membres) constitue une intégration commerciale à plusieurs vitesses. Dans l’immédiat, ces initiatives comportent donc un risque de fragmentation et de marginalisation d’une partie des partenaires. Les vertus de l’approche multilatérale sont pourtant largement reconnues, en théorie tout du moins. Elle seule permet en effet d’éviter que certains pays ne soient totalement exclus du bénéfice des concessions échangées, ou que les règles ne différent de façon opaque et coûteuse entre partenaires. Cela étant, grâce à des normes harmonisées, des prestataires externes vont pouvoir traiter des processus en quantités suffisantes et avec un niveau de qualité élevé, autorisant des économies d’échelle. Il faut, pour que nous puissions modifier un objet, que nous l’apercevions divisible et discontinu. Il s’agira d’aboutir à un accord ambitieux et contraignant face au défi du changement climatique et qui s’appliquerait à tous les pays. Cependant l’application de ce correctif durant toute une vie ne déracine pas ordinairement cette disposition à la confiance. Enfin, une sortie de la Grèce contraindrait les dirigeants européens à formaliser des règles jusqu’ici non écrites et même non encore envisagées en cas de divorce. Il faut la comparer alors à des économies de taille équivalente. L’extension du dispositif du Crédit d’Impôt Recherche (CIR) aux dépenses d’innovation était une mesure attendue de longue date par les PME. Cette méthode laborieuse a sa source dans un esprit naturellement chercheur et profond, que rien de banal ne peut contenter, et qui creuse à une si grande profondeur qu’on se demande avec inquiétude s’il y a bien quelque terrain solide sous ses pas.

Share This: