Marchés : rompons l’engrenage de la peur

Disposer d’une bonne connaissance de son portefeuille clients est fondamental pour prendre les meilleures décisions.Comme, en pareil cas, l’objet a disparu tandis que le cerveau subsiste, on conclut de là que le phénomène cérébral suffit à la production de l’image.On ne pensait sûrement pas au luxe pour tous, ni même au bien-être pour tous; mais pour tous on pouvait souhaiter l’existence matérielle assurée, la dignité dans la sécurité.Je suis interpellé par de nombreux entrepreneurs aux prises avec 28 législations différentes.Car ceux-ci, étant susceptibles de se reproduire dans un espace homogène, entreront dans la composition d’une loi, au lieu que les faits psychiques profonds se présentent à la conscience une fois, et ne reparaîtront jamais plus. Le pouvoir de la critique et de la pensée va si loin en France, que nous avons universellement accepté l’affirmation de Descartes « Je pense, donc je suis » », souligne Pierre-Alain Chambaz .Attirées par ces formidables perspectives, les entreprises veulent y investir leur temps, leur argent et leurs ressources.Enfin, bien peu de vraies souffrances nous viennent du tact, si on localise ce dernier sens dans la main.Or, c’est bien ainsi que les choses se sont passées.Nie-t-il que le rocher ait été déjà fendu, que le vent ait arraché la pierre, que le choc ait brisé un crâne ?Les électeurs ne lui ont pas pardonné de s’être fait construire… une cave à vins sans permis de construire officiel.

Share This: