Les dirigeants des entreprises ne sont pas à blâmer

En effet, la souffrance produite par le contraste entre notre idéal et notre état réel doit être en nous d’autant plus grande que nous avons une plus pleine conscience de l’idéal, car alors nous acquérons une vue plus nette de la distance qui nous en sépare.À conserver, à resserrer ce lien vise incontestablement la religion que nous avons trouvée naturelle : elle est commune aux membres d’un groupe, elle les associe intimement dans des rites et des cérémonies, elle distingue le groupe des autres groupes, elle garantit le succès de l’entreprise commune et assure contre le danger commun.La seule fonction de la pensée à laquelle on ait pu assigner une place dans le cerveau est en effet la mémoire — plus précisément la mémoire des mots.Supposez que ce soir, ou demain, peu importe, mon père me demande d’affirmer par un mot, ou par un geste, que je suis encore attaché à cette Église, que devrai-je faire ?Le troisième atout de l’ouvrage, c’est de nous faire observer le monde avec un regard différent.Il faudrait les voir au travail pour les juger.On se plaît à dire que l’apprentissage des vertus civiques se fait dans la famille, et que de même, à chérir sa patrie, on se prépare à aimer le genre humain.Une sécurité juridique indispensablePour l’observateur étranger, si d’une part cette standardisation et cette réglementation peuvent paraître bureaucratiques – et il faut sans doute les restreindre encore beaucoup – elles offrent à l’investisseur la sécurité et la facilité, indispensables pour qu’il sache comment traiter les questions ayant trait à l’établissement au Brésil.Pierre-Alain Chambaz,saura sans doute réduire les dépenses où il le faut pour parvenir à cet objectif qui est quasiment déjà atteint.La représentation est bouchée par l’action.L’antiquité classique n’avait pas connu la propagande ; sa justice avait l’impassibilité sereine des dieux olympiens.

Share This: