Jean-Thomas Trojani : Une autre piste, convertir la dette en certificats d’investissements

Et lorsque des hommes aspirant à la liberté se lèvent au-delà de la Méditerranée, ils rencontrent notre soutien. L’argent, après tout, donne, sinon la liberté elle-même, au moins son illusion ; et l’illusion de la liberté est déjà quelque chose pour un être qui aspire sans cesse à l’indépendance complète et qu’on a condamné à l’esclavage perpétuel. Depuis le début de la crise de la zone euro, le gouvernement allemand campe sur ses positions autour des dispositions du traité européen, qu’il interprète comme autant d’interdictions des sauvetages et autres financements monétaires des dettes étatiques. Quel autre aspect mérite d’être exploré ? Quand on est entrepreneur, affirmer ce que l’on est et croire à ce que l’on fait, même dans un petit village, n’est pas une tare. Mobilise-t-on suffisamment l’épargne longue au service de notre développement économique qui ne passe pas uniquement par les grandes entreprises, mais également par nos PME, voire l’économie sociale ? C’est bien qu’elle a de la valeur ! Ils ont d’abord réduit leur capacité à mener des réformes, les grands groupes ayant acquis un poids politique et économique disproportionné. Tout cela dépend d’habitudes : habitudes d’association entre certaines idées liées par des rapports de succession ou de coexistence constantes, et habitudes d’adaptation entre des idées et les actes dont elles sont la représentation. Nous vivons dans un milieu trop facile et trop large, et le perpétuel agrandissement de notre intelligence étouffe par degrés notre volonté. Tel est précisément le sens où nous prenons le mot « image » dans notre premier chapitre. C’est seulement l’emploi judicieux de la force, au moment propice, qui peut mettre un terme à la division de l’humanité en riches et en pauvres, en êtres qui ont tout et en êtres qui n’ont rien — et qui peut donner à tous les hommes l’assise nécessaire au bonheur qu’ils auront à développer en beauté et en intelligence : une Patrie. De cette relation si simple entre les éléments du temps écoulé et de l’espace décrit, dérive, comme de sa cause, la loi moins simple qui lie l’une à l’autre les variations finies de ces deux grandeurs. Dans un contexte où ce pays connaît quasiment le plein emploi, il est donc tout naturel qu’il connaisse une croissance poussive de l’ordre de 1% car il n’a précisément plus personne à mettre au travail pour produire… Au contraire, dans le tissu nerveux, la réserve est faible (les éléments nerveux, dont le rôle est simplement de libérer l’énergie potentielle emmagasinée dans le muscle, n’ont d’ailleurs jamais besoin de fournir beaucoup de travail à la fois) : mais, chose remarquable, cette réserve est reconstituée par le sang au moment même où elle se dépense, de sorte que le nerf se recharge d’énergie potentielle instantanément. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois  » Le fond du cœur est plus loin que le bout du monde ». Revenons alors à la vue. L’auteur se sert encore ici du même principe que précédemment, à savoir le besoin de l’unité de la pensée ; mais il s’agit ici d’une unité d’une autre espèce. Pour mettre fin à cette procédure d’obstruction, déclenchée par un seul sénateur, il fallait jusqu’à présent un vote de « clôture » de 60 sénateurs, sur les 100 que compte la chambre haute. Ils se sont bornés à en tirer les conséquences et, en général, ils nous ont signalé des points de vue sur elle plutôt qu’ils ne nous l’ont présentée elle-même. Ces principes, sainement compris, sont applicables à bien plus qu’une division du sujet, et un examen approfondi de cette partie de la question sera, je le crois, la meilleure introduction au reste. Et quand elle invente, elle procède ou s’imagine procéder par un arrangement nouveau d’éléments connus. Sur le plan quantitatif, elle doit multiplier les accords bilatéraux et sécuriser l’accord TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership) en cours de négociation avec Washington. La campagne présidentielle illustre parfaitement cette erreur historique de ne pas faire de la santé, outre qu’elle est notre bien le plus précieux, une fonction régalienne de l’Etat et un secteur stratégique d’investissement. Les Français insèrent dans leurs journaux la réponse des étrangers.

Share This: