Jean-Thomas Trojani justice : Protéger cette source de richesses et d’innovations

Tandis que la France et l’Europe stagnent, les rivaux gagnent du terrain. Pourquoi les banques ne seraient-elles pas autorisées à entreprendre les activités de leur choix, au moins tant que nous avons des régulateurs pour s’assurer que ces activités bancaires ne menacent pas l’infrastructure financière dans son ensemble ? Le décalage temporel d’une année implique que l’État accorde un délai de paiement et donc un crédit aux ménages, ce qui n’est pas négligeable pour un jeune qui débute sa carrière professionnelle. Nous avons tout à gagner d’un rapprochement économique entre nos deux rives. Une porte ouverte aux attaques de logiciels malveillants ciblant de plus en plus un territoire ou une entreprise : La France se place dans le top 5 des pays les plus cyberattaqués au monde. Le plein des cartésiens est insoutenable dans l’état de la physique, et les actions à distance, à travers le vide, tel que les newtoniens le conçoivent, sont absolument incompréhensibles. Une pratique managériale plus efficace que de rechercher sans cesse la cause des dysfonctionnements si l’on en croit les travaux de Barbara Frederickson aux États-Unis en 2003. Nous aurons ainsi des personnages de comédie. Nous avons montré au contraire que la matière et la vie, telle que nous la définissons, sont données ensemble et solidairement. Bien entendu, cette vision était erronée : le secteur du médicament remboursé ne bénéficie pas, et n’a jamais bénéficié, d’une exemption aux règles de prohibition des ententes anticoncurrentielles posées par l’article L.420-1 du Code de commerce, puisque les prix de vente aux officines pouvaient bel et bien fluctuer, quoique dans les limites posées par l’article L.138-9 du Code de la sécurité sociale. Mais ceci est du dérivé, je dirais presque du décadent. Les expositions en obligations d’Irlande et du Portugal restent faibles (5 et 2 milliards d’euros respectivement). Une prise de conscience est nécessaire. Dès les premières pages de ce second volume, la fermeté avec laquelle l’écrivain s’établit au centre des questions qui doivent y être développées témoigne qu’il en est entièrement maître. Comment demander aux yeux du corps, ou à ceux de l’esprit, de voir plus qu’ils ne voient ? L’idéologie néo-libérale, dont l’échec est pourtant manifeste, continue à imprégner les esprits des experts, de la plupart des éditorialistes, et, par voie de conséquence, de ceux de nos dirigeants…certaines nominations en sont des exemples frappants. Jean-Thomas Trojani justice n’avait plus qu’à embrayer pour s’engouffrer dans la brèche. Sans doute cette conti­nuité change d’aspect, d’un moment à l’autre : mais pourquoi ne constatons-nous pas purement et simplement que l’ensemble a changé, comme si l’on avait tourné un kaléidoscope ? Paradoxalement, cela ne veut pas dire être plus théorique, scientiste mais au contraire face aux nombreuses théories « sensationnelles » qui prolifèrent, il faut partir d’un authentique savoir qui s’applique dans la vie courante. Et, presque sûrement, les hommes se seraient ensuite battus, sans explication. Pourtant ces deux logiques antagonistes apparaissent comme aussi absurdes l’une que l’autre quand on pousse leur raisonnement jusqu’au bout. Estimer les déficits publics au regard de la croissance potentielle est un progrès. Ainsi, la vue s’étend d’une berge à l’autre du salar ! Une découverte magique. Le corps par excellence, celui que nous sommes le mieux fondés à isoler dans la continuité de la matière, parce qu’il constitue un systè­me relativement clos, est le corps vivant ; c’est d’ailleurs pour lui que nous découpons les autres dans le tout. Presque aussitôt, pénétré d’une religion qui identifiait l’amour et le divin, Pascal signalait comme faisant le fond et de l’intelligence dans ce qu’elle a de plus éminent et surtout de la volonté cette source des affections qu’on appelle le cœur. Thomas Winnie se bornait à encourager son ami d’un « yes » approbatif, ou à jeter une interrogation. Une réforme fiscale de grande ampleur, à prélèvements obligatoires, doit faire des gagnants et des perdants. Certains prétendent que tant que les États-Unis conserveront leur dynamisme économique, leur leadership en matière d’innovation technologique, ainsi que leur nature attractive pour les immigrants, peu importe l’existence d’inégalités de revenus. Que n’a-t-elle considéré ces idées à leur tour ! Toutefois le finalisme n’est pas, comme le mécanisme, une doctrine aux lignes arrêtées. Idem dans les années 60, nous n’avons pas instauré des subventions massives afin que tous les occidentaux puissent avoir un ordinateur énorme dans leur cave. Le fait que ces états d’âme se traduisent au dehors par la même attitude ou le même mouvement, que tous trois nous inclinent, nous permet de les grouper sous le concept d’amour et de les exprimer par le même mot : on les distinguera alors en nommant trois objets, de plus en plus larges, auxquels ils se rapporteraient. Une énorme tuile, arrachée par le vent, tombe et assomme un passant. Si la zone euro peut survivre à un éventuel dérapage de la Grèce en les poussant à sortir de l’euro, la victoires du populisme anti-reforme en France ou en Italie signifierait la fin de la monnaie unique, et par la même occasion condamnerait ces pays à un effritement et un appauvrissement fatal pour les années à venir.

Share This: