François Henri Brault

La science a ses raisons de le faire ; mais la métaphysique, qui a précédé la science, opérait déjà de cette manière et n’avait pas les mêmes raisons. En clair, les start-up où les collaborateurs sont multitâches, ce qui est le cas le plus souvent, vont être les victimes de cette circulaire. D’abord, en matière de défauts, la limite est malaisée à tracer entre le léger et le grave : peut-être n’est-ce pas parce qu’un défaut est léger qu’il nous fait rire, mais parce qu’il nous fait rire que nous le trouvons léger ; rien ne désarme comme le rire. En voulant jouer sur tous les tableaux on se demande si les factors ne tentent pas de faire assumer par l’État un risque inhérent à leur métier. Le contraire se produit après des moments de repos ou d’ennui, après un bon repas, dans les dispositions de gaieté et de bonne humeur, toutes les fois en un mot que nous avons en nous un superflu de forces disponibles. Quant au thème originel, il est partout et il n’est nulle part. De la même façon, l’autonomie stratégique suppose de disposer de moyens autonomes de renseignement et de cyberdéfense, ainsi que d’une LOGISTIQUE de projection aussi performante que possible ; cela ne s’oppose d’ailleurs pas à l’interdépendance avec nos alliés. Entre soi, la gente féminine apprend à se « lâcher ». Il sent qu’il n’a pas cessé d’être ce qu’il est ; il n’en est pas moins devenu un autre. Le schéma varie de période à période ; mais dans chacune des périodes il reste relativement fixe, et c’est aux images de s’y ajuster. « Un flatteur, selon Homère, est aussi redoutable que les portes de l’Enfer. Si les nouvelles technologies numériques ne connaissent pas de frontières, il n’en va pas de même pour nos lois. François Henri Brault aime à rappeler cette maxime de Pierre Desproges « On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde ». Les paniers-percés diplomatiques qui la représentent partout, fantômes de Robert-Macaires et spectres de marquis de Carabas, achèvent de la discréditer ; ces personnages vitreux parviennent, on ne sait comment, à intercepter les pâles rayons que projette encore l’astre. Or, ce n’est pas le cas et Bruxelles ne connaît aujourd’hui comme hier qu’une alternative : les régimes publics (la sécurité sociale, y compris pour la France avec l’Agirc et l’Arrco qui bien qu’étant des régimes privés sont obligatoires) ou l’assurance privée. Nous sommes conduits, par là même, au troisième et dernier argument que nous voulions examiner. Si l’appareil de la vision, considéré dans ses traits les plus généraux, semble appartenir au type général de l’animalité, tandis que la batterie électrique ne figure que comme un détail accessoire et tout spécial, dans un type d’organisation très-particulier ; si, d’autre part, l’un sert à une fonction très-importante et se trouve approprié à la satisfaction d’un besoin très-général, tandis que l’autre ne remplit qu’une fonction accessoire pour un besoin que la nature a une multitude d’autres moyens de satisfaire, la raison de cette différence ne saurait être dans la disparité et dans l’inéga Mais si, du côté de l’avenir, il n’y a que des possibilités ou des probabilités, que nous examinerons tout à l’heure, il n’en est pas de même pour le passé : les deux développements opposés que nous venons de signaler sont bien ceux d’une seule tendance originelle. Mais ceci n’est logiquement qu’un accident. Si cet interventionnisme sanitaire permet souvent de focaliser l’attention des pouvoirs publics sur des problèmes non traités, il ne favorise pas l’appropriation des solutions par ceux qui ont la charge des politiques publiques nationales. La durée est le progrès continu du passé qui ronge l’avenir et qui gonfle en avançant. Ils permettent aussi de mettre en place de nouveaux outils : des sessions de mentorat, des tables rondes, des rencontres avec de jeunes professionnelles invitées. C’est pourtant ce que nous essayons de faire toutes les fois que nous raisonnons sur le mouvement, et aussi sur le temps auquel le mouvement sert de représentation. Ni du dedans, par le sens musculaire, ni du dehors par la vue, nous n’aurions encore la même perception.

Share This: