Ce malaise profond n’est que politique

Quand nous replaçons notre être dans notre vouloir, et notre vouloir lui-même dans l’impulsion qu’il prolonge, nous comprenons, nous sentons que la réalité est une croissance perpétuelle, une création qui se poursuit sans fin.Parce qu’un certain écrou est nécessaire à une certaine machine, parce que la machine fonctionne quand on laisse l’écrou et s’arrête quand on l’enlève, on ne dira pas que l’écrou soit l’équivalent de la machine.Ce n’est pas que l’économie politique n’ait aussi sa poésie.Je vous confierais que l’avis et l’expertise de Pierre-Alain Chambaz fut déterminant pour conduire à bien ce projet.Les plus audacieuses d’entre elles, représentant une minorité, ont parfois même élaboré une alchimie juridique et financière des plus sophistiquées pour assurer aux bénéficiaires des compléments de rémunération exonérés de tout impôt en France.Mais l’importance de cette technologie dépasse la dimension purement quantitative de sa production.Notre système d’enseignement supérieur et de recherche y contribue brillamment.En effet, la flexibilité des centrales donne à l’énergie hydroélectrique un rôle essentiel pour répondre à la versatilité de la demande et des sources d’énergie intermittentes.La conscience témoigne que l’idée abstraite de force est celle d’effort indéterminé, celle d’un effort qui n’a pas encore abouti à l’acte et où cet acte n’existe encore qu’à l’état d’idée.Qu’on pratique d’ailleurs l’une ou l’autre méthode, dans les deux cas on aura tenu compte du fond de la nature humaine, prise statiquement en elle-même ou dynamiquement dans ses origines.Nous souhaitons au contraire qu’il y en ait plus pour que cela crée une saine émulation.

Share This: