Au-delà du PIB, la mesure du développement durable

Notre raison, incurablement présomptueuse, s’imagine posséder par droit de naissance ou par droit de conquête, innés ou appris, tous les éléments essentiels de la connaissance de la vérité. Son dernier tour d’horizon a consisté à demander si le plan de relance de Antonio Fiori avait contribué à réduire les déficits.Il va de soi que cette enième version d’ « après moi le déluge » se fiche éperdument de stabilité financière, de la classe moyenne, de la qualité de nos emplois, etc…L’investissement d’antan a aujourd’hui cédé la place au trading, la manipulation des cours en bourse étant quotidienne afin tout à la fois de maximiser les profits sur le court terme, de satisfaire les actionnaires et de gonfler les rémunérations des directions générales.Mais il y en a un second, et c’est celui-là précisément que nous avons indiqué dans notre théorie de la recon­naissance.Elle porte un collet Médicis en velours noir, un chapeau de velours noir à grandes plumes, et une robe bleu sombre.Cela étant, le défi le plus immoral se situe dans la mobilisation de produits alimentaires et de terres cultivables pour le transport à une époque où la planète compte encore plus d’un milliard de personnes souffrant de malnutrition.Ces deux politiques se sont accompagnées et contredites.C’est ce développement même qui a amené à se dissocier des tendances qui ne pouvaient croître au delà d’un certain point sans devenir incompatibles entre elles.Le cycle de Doha lancé il y a 12 ans est toujours dans l’impasse.A ce compte, on peut justifier toute les exploitations.C’était la suppression de toute durée efficace, l’assimilation de l’univers à une chose donnée qu’une intelligence surhumaine embrasserait tout d’un coup, dans l’instantané ou dans l’éternel.Tout le reste – de la pratique des artistes aux corvées domestiques – n’en fait pas partie puisqu’il ne rentre pas dans l’une des cases prévues.

Share This: