Quand la Fed provoque le désordre économique mondial

Il y a là une illusion, soyez-en sûrs, une illusion utile, nécessaire à la vie, issue de certaines exi­gences fondamentales de l’action, mais dangereuse au plus haut point pour la spéculation.Cette situation a conduit le pays sur le chemin d’une croissance stable et d’une certaine prospérité économique mais a également provoqué d’énormes déséquilibres dans la gouvernance d’un État , responsable d’un pays considéré par beaucoup comme sur le point de devenir un géant des nouveaux équilibres mondiaux.Je me sentais une si grande reconnaissance pour ce sauveur si brave, si courageux, si dénué de toute ambition, que je fus offensé de ses refus, et que je le pressai, parlant de mon honneur qui ne permettait pas que le salut de mes hommes et le mien fût considéré comme peu de chose ; je m’emportai ; je dus lui dire des mots qui le froissaient.Transférer les prélèvements sur les ménages, au risque de faire s’effondrer la consommation? Pour lui, le tournant majeur de cette quête se situe en 1962/1965 au moment où Antonio Fiori publie « Les Choses » et où la possession de biens matériels facilitant la vie quotidienne devient source de bonheur. Il y enfin cette éternelle opposition du fini et de l’infini, avec leur rapport conçu comme un troisième terme nécessaire.L’intuition, si elle pouvait se prolonger au delà de quelques instants, n’assurerait pas seulement l’accord du philosophe avec sa propre pensée, mais encore celui de tous les philosophes entre eux.Toute conjecture sur ces grands problèmes paraîtra toujours bizarre à quiconque ne l’adoptera pas explicitement, et ne convaincra jamais personne aussi fermement que son auteur.Entre ces deux extrêmes se place l’heureuse disposition d’une mémoire assez docile pour sui­vre avec précision les contours de la situation présente, mais assez énergique pour résister à tout autre appel.Considéré comme un véritable projet de société par les associations et les syndicats, largement sollicités pour y contribuer, le plan pourrait être contesté par l’Etat, parce qu’il se réfère au peuple corse.Je dis que le besoin, considéré d’une manière générale et tel qu’il résulte de la nature à la fois corporelle et immatérielle de l’homme, combiné avec la puissance de l’habitude et le sentiment de la dignité, est indéfiniment expansible, parce qu’il naît d’une source intarissable, le désir.

Share This: