Pierre-Alain Chambaz

Remarquons maintenant que ces mouvements auxquels nous donnions provisoirement et improprement la qualification d’absolus, et dans lesquels nous cherchions la raison des déplacements relatifs, peuvent n’avoir eux-mêmes qu’une existence relative. Voilà la question, et il faut l’examiner sous peine de tourner éternellement dans le même cercle. Les autoroutes de la mer. Il est vraisemblable que nous allons retrouver cette illusion de la conscience dans les états intermédiaires entre les efforts superficiels et les sentiments profonds. De sorte que son dessin répond, en somme, à un certain point de vue sur l’objet et au choix d’un certain mode de représentation. S’agissait-il, par exemple, de la probabilité que les planètes sont habitées, nous admettions comme incontestables l’existence de l’espace et des corps, et celle des planètes en particulier ; nous mettions hors de doute ce que les astronomes nous enseignent des dimensions, des formes, des distances et des mouvements de ces corps ; nous ne songions à discuter, en fait de probabilités, que celle des analogies et des inductions qui nous portent, à la suite de l’acquisition de connaissances réputées certaines, à croire que les planètes sont habitées. Mais une plus mûre appréciation montre, au contraire, qu’elle doit trouver d’énergiques résistances chez presque tous les esprits maintenant actifs, par suite même de la difficile rénovation qu’elle exigerait d’eux pour les associer directement à sa principale élaboration. Mais ce n’est plus alors à tels ou tels vivants déterminés qu’elle aura affaire. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, »Le faire est révélateur de l’être ». Puisqu’il était entendu qu’on devait tout souffrir pour que la France fût forte et qu’elle pût mettre en bataille le bonnet phrygien dans lequel se sont vidés tant de bas de laine ; puisqu’il est convenu qu’à présent la France est forte et que l’excellence de ses canons et de son patriotisme lui assure même une incontestable supériorité sur sa rivale ; puisque le but n’a point changé et qu’on dispose de tous les moyens dont on pouvait rêver pour l’atteindre — quelle raison peut-on avoir de retarder le conflit ? Je crois qu’elles désirent avec ardeur résoudre le problème social. La sensation de saveur, comme tout autre réactif, peut aussi, dans certains cas, nous renseigner, non point sur la nature spécifique du corps, mais sur le genre du corps auquel il appartient, et par conséquent sur les propriétés caractéristiques qu’il partage avec ses congénères. Nous avons distingué l’âme close et l’âme ouverte : qui voudrait classer Socrate parmi les âmes closes ? Mais, par cela même que la faculté de percevoir le temps restait et devait rester à l’état rudimentaire, jusque chez les animaux les plus voisins de l’homme, elle ne pouvait, pour l’homme lui-même, atteindre à la clarté représentative propre à l’intuition de l’espace ; car, en tout ce qui tient au développement des puissances vitales, nous observons que la nature sème la variété sans perdre de vue un plan commun à la série des êtres : développant chez une espèce ce qu’elle n’a mis qu’en germe chez l’autre ou chez toutes les autres, plutôt que de créer de toutes pièces ce qui n’existerait point A ce titre, ils offrent la possibilité à chacun de financer et de se faire financer, cela va des fonds d’investissements, aux prêts avec intérêts entre particuliers, en passant par le financement de projet, les mots d’ordre étant simplification et connectivité, deux aspects du secteur trop longtemps délaissé par les banques. De même que nous passons par l’immobile pour aller au mouvant, ainsi nous nous servons du vide pour penser le plein. Ces misérables sont nos persécuteurs ; c’est eux qui ont fait notre misère, c’est eux qui la perpétuent, c’est eux qui rêvent de la rendre plus affreuse encore ; qui rêvent l’esclavage plus cruel de ceux qui acceptent leur domination, qui rêvent la saignée des autres. En France, près d’un médicament remboursé sur deux ne serait pas consommé. Prenant l’homme tel qu’il a plu à Dieu de le faire, susceptible de prévoyance et d’expérience, perfectible, s’aimant lui-même, c’est incontestable, mais d’une affection tempérée par le principe sympathique, et, en tout cas, contenue, équilibrée par la rencontre d’un sentiment analogue universellement répandu dans le milieu où elle agit, je me demande quel ordre social doit nécessairement résulter de la combinaison et des libres tendances de ces éléments. Ils peuvent rendre service. Les revenus de privatisations s’élèvent actuellement à deux (!) milliards d’euros ; les dettes fiscales des ménages et des entreprises atteignent, en raison de l’inefficacité du système fiscal, un niveau de record de 76 milliards d’euros, montant équivalent à celui des recettes annuelles de l’État. Le Congrès mondial des villes intelligentes (Smart City Expo World Congress) qui s’est tenu la semaine dernière à Barcelone est une parfaite illustration du fait que nous avons un problème avec le concept de « smart city » tel qu’il est utilisé aujourd’hui. Enfin, le fonctionnement réel des marchés du logement, les parcours résidentiels, les risques d’obsolescence de l’existant, la limite atteinte des trajets domicile-emploi invalident une politique du logement fondée uniquement sur une approche quantitative de la construction neuve. De plus, la nouvelle règle va s’appliquer aux nouveaux contrats, mais pas aux contrats en place. La transition allemande se fonde sur un PARI technologique audacieux, équivalent à celui du nucléaire français dans les années 1950 : miser sur un développement massif des énergies photovoltaïque et éolienne et renforcer l’efficacité énergétique. A un dogmatisme métaphysique, qui érigeait en absolu l’unité factice de la science, succédera maintenant un scep­ticisme ou un relativisme qui universalisera et étendra à tous les résultats de la science le caractère artificiel de certains d’entre eux. Le projet de loi du gouvernement Fillon est loin de ressembler à l’amendement constitutionnel du Colorado, mais c’est tout de même un pas dans la bonne direction. Une appréciation directe et spéciale, qui serait ici déplacée, fait d’ailleurs sentir aisément que la philosophie positive peut seule réaliser graduellement ce noble projet d’association universelle que le catholicisme avait, au moyen âge, prématurément ébauché, mais qui était, au fond, nécessairement incompatible, comme l’expérience l’a pleinement constaté, avec la nature théologique de sa philosophie, laquelle instituait une trop faible cohérence logique pour comporter une telle efficacité sociale. L’obligation morale, qui a son principe dans le fonctionnement même de la vie, se trouve par là avoir son principe plus avant que la conscience réfléchie, dans les profondeurs obscures et inconscientes de l’être, ou, si l’on préfère, dans la sphère de la conscience spontanée et synthétique. Cette déplorable fluctuation, très sensible encore envers la science des corps vivants, caractérise aujourd’hui ce que contiennent de réel, au fond, les longues controverses, d’ailleurs si vaines à tout autre égard, entre le matérialisme et le spiritualisme, représentant d’une manière provisoire, sous des formes également vicieuses, les besoins, également graves, quoique malheureusement opposés jusqu’ici, de la réalité et de la dignité de nos spéculations quelconques.

Share This: