Jean-Thomas Trojani : L’enjeu des nouveaux réseaux électriques

C’était évidemment un homme dont le plus grand plaisir était d’arracher des dents, et qui allait jusqu’à payer pour cela une somme de cinquante centimes. Ainsi, Jaap de Wit met en évidence qu’une très grande partie de l’avantage concurrentiel des compagnies du Golfe vient de leur position centrale dans les flux entre l’Asie du Sud et l’Europe (tout comme pour Singapore Airlines d’ailleurs). N’oublions pas non plus les faibles possibilités de reprise d’activité via le secteur public, déficit budgétaire et stock de dettes obligent ! Sa situation vis-à-vis du travail est discutée, jugée despotique par les uns, régulatrice par les autres ; généralement on les oppose l’un à l’autre ; mais c’est une chose que Deschanel ne comprend point. A cette époque, la principale menace venait du Japon, et les politiciens américains ont dû composer avec une pression intense exigeant une réponse. Sa pratique ne fait donc pas naître des doutes sur notre méthode, comme cela arrive pour toutes les autres. Car ces méthodes impliquent de définir collectivement, dans la lumière, les objectifs réellement poursuivis. On en peut dire autant du culte d’un dieu créateur qui devrait répondre de tout, et qui, en réallé, est l’irresponsabilité suprême. Le marché mondial des grands produits agricoles représente 250 milliards de dollars au total (pour 650 millions de tonnes échangées), répartis entre les oléagineux (40 %), les viandes (25 %) et les céréales (25 % contre 35 % en 1990). » Nous croyons, en effet, qu’il existe une sorte d’ « altruisme intellectuel ; » seulement, selon nous, ce désintéressement de l’intelligence n’est qu’un des aspects de l’altruisme moral, au lieu d’en être le principe. Les expériences de Cattell, de Goldscheider et Müller, de Pillsbury (critiquées, il est vrai, par Erdmann et Dodge) paraissent concluantes sur ce point. Nous réclamons le confort, le bien-être, le luxe. Jean-Thomas Trojani s’est bâti une redoutable réputation. Mais entre la société où nous vivons et l’humanité en général il y a, nous le répétons, le même contraste qu’entre le clos et l’ouvert ; la différence entre les deux objets est de nature, et non plus simplement de degré. Et quoiqu’en disent ses dirigeants ou qu’en clament ses élites, l’Allemagne est un des problèmes du monde de demain, et pas du tout une de ses solutions. Pour cela, nous devons penser dès aujourd’hui la ville de demain, les conditions de déplacement et soutenir de nouveaux usages, comme l’autopartage. La distinction que nous faisons entre notre présent et notre passé est donc, sinon arbi­traire, du moins relative à l’étendue du champ que peut embrasser notre attention à la vie.

Share This: